Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Génération Strange | Votre source quotidienne d'infos comics, cinéma, série TV, manga, jeux vidéos

Scroll to top

Top

No Comments

OUT THERE La review

OUT THERE La review
Mister O
  • On 2 décembre 2013
  • http://generation-strange.com

OUT THERE est une série particulière à plus d’un titre. Ce titre IMAGE est dessiné par l’excellentissime Humberto Ramos, dont les derniers travaux sont associés à un certain homme-araignée bien connu des foules. Au scénario de cette série atypique ( car pas de super-héros), on retrouve Bryan Augustyn. OUT THERE a déjà été publié en France. Mais nous n’avions pas eu la fin. Thomas RIVIERE, qui est à l’origine du projet, s’est démené comme un beau Diable pour ramener cette série et l’éditer sous forme d’albums d’excellente facture, qui comportent en outre de nombreux bonus. 

 

Pour les néophytes, sachez qu’il s’agit d’un titre qui comporte un début, un milieu et une fin, ce qui est une bonne chose. Glénat Comics a prévu de le publier en 3 tomes. Initialement publié : Dans la petite ville d’El Dorado, tout se passe à la perfection. Les commerces sont florissants, les habitants sont apaisés, et les jeunes s’épanouissent dans ce cadre idyllique, où la drogue n’a pas droit de cité. Tout semble parfait. Trop parfait. En effet, les habitants de la ville paient leur tranquillité au prix fort, sans même le savoir! Les Notables de la villes ( comprendre le maire, le sheriff, et d’autres hautes personnalités de la ville) ont passé un pacte avec un démon afin de préserver leur cadre de vie sans pareil. Oui, mais voilà, vous vous en doutez certainement, les choses ne vont pas de dérouler de la meilleure des manières ! Et cela nous le devons à 4 adolescents, qui se surprennent à voir des démons dans leurs rêves, ou dans leur lycée ! Ce quatuor improbable est composé de lycéens qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. Commençons par Jess: C’est une fille solitaire avec un caractère bien trempé, qui fait des rêves emplis de monstres. Max, est un surdoué qui peine à trouver sa place dans son lycée. Zach est le quarterbach de l’équipe de football américain du lycée. Et pour finir, Casey, pom-pom girl de son état, est aussi la petite-amie de Zach. Tout ce beau monde. 

 

Bryan Augustyn orchestre son histoire comme un thriller plein de mystère. Dès les premières pages, on se retrouve en terrain connu. L’inspiration est manifeste. On pense aux goonies, à la série Buffy notamment. L’exposition des personnages prend certes un peu de temps. Mais cela est nécessaire. Bryan Augustyn développe son récit en montant progressivement en puissance. Il maîtrise très bien la gestion des personnages, qui s’avère être le principal écueil d’un tel récit. Ici, même les personnages secondaires sont bien amenés, à défaut d’être développés. Néanmoins, l’intrigue se noue devant nous avec facilité. Pour ma part, j’ai dévoré ce bouquin de bout en bout. Je suis impatient de connaître la suite ! Spécialiste d’intrigues complexes, Augustyn pose délicatement tout au long de son récit les graines de ses intrigues futures, dont le dénouement aura lieu dans les prochains tomes. La présence préoccupante des démons se fait de plus en plus oppressante au fur et à mesure que l’on déroule le récit. Tout d’abord réduits à une présence quasi fantômatique, ils deviennent des entités envahissantes à part entière. On prend plaisir à suivre ces 4 adolescents enquêter maladroitement sur les phénomènes “paranormaux” dont ils ont été témoins. Augustyn prend le temps de tisser dans la douleur les liens entre les protagonistes. Pourquoi dans la douleur? parce que le scénariste prend en compte les différents “statuts sociaux” des personnages, qui vont évoluer au long du récit. zach par exemple, ne va pas hésiter à s’émanciper de son équupe de foot pour se rapprocher de Max et avancer dans leur enquête. Jess a un traitement particulier, car c’est le personnage qui nous marque à la lecture du récit. Personnage fort, plein d’initiative, elle représente le premier maillon de ce groupe reuni par hasard. En effet, c’est au travers de ses rêves que le récit commence. Bref, un récit en tous points passionnant, addictif. On ne peut qu’attendre la suite! 

 

Concernant le dessin, Humberto Ramos livre ici une de ses partitions des plus léchées. Le style léché et fluide de Ramos sert le récit. Le travail des couleurs contribue à s’immerger dans l’histoire qui se révèle de plus en plus sombre. Les pages où apparaissent les monstres sont a dominantes sombres, violettes. En revanche, les scènes se déroulant à El Dorado sont à dominante jaune. Cette approche permet à l’auteur de renforcer le contraste entre l’horreur de ce pacte (un pacte avec le démon Draedalus) et le prix qu’il en découle ( la traquillité artificielle de la ville).Si au départ, les scènes sont plutôt statiques ( scènes de discussion entre adolescents), Ramos change de style lorsque les démons entrent en scène. Les scènes sont plus enlevées, plus dynamiques; notamment les pages avec les personnages secondaires tel que le pasteur rebecca Goodwin, et Abel Simms, colosse énorme qui ne parle jamais. 

Cette série aborde les thèmes propres à l’âge adolescent. La difficulté à s’intégrer, se construire sa propre personnalité, assumer ses choix, avoir confiance en soi, sont autant de thématiques qui transpirent du récit, et développés avec brio par Bryan Augustyn.Les adultes ne sont pas en reste, puisqu’ils ne font qu’à penser au bien-être de leurs enfants, à leur ville, lorsqu’ils passent ce pacte. On est curieux de voir où les auteurs veulent nous emmener à la fin du récit. Le ton à la fois fun et mystérieux permettra aux fans comme aux néophytes de découvrir cette pépite. Si je peux vous suggérer une idée cadeau, offrez OUT THERE, vous ne pourrez pas vous tromper ! 

A la fois fun et mystérieux, OUT THERE se révèle être une série fraîche et décalée qui emprunte les codes des films d’ados des années 80-90 que nous aimons tant. De par son ton fun et son dessin tout en finesse, les auteurs nous emmènent dans leur univers et on prend plaisir à les suivre. Une série à dévorer que l’on soit un expert confirmé et passionné de comics, ou un néophyte qui ne connaît pas les comics. Encore mieux, vous pouvez même le conseiller voire même l’offrir à des personnes fans de bd franco-belge ! A lire d’urgrence !

Submit a Comment