Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Génération Strange | Votre source quotidienne d'infos comics, cinéma, série TV, manga, jeux vidéos

Scroll to top

Top

No Comments

Fantastic Four Reboot Ce trouduc de John BYRNE a-t-il tort?

Fantastic Four Reboot
Ce trouduc de John BYRNE a-t-il tort?
Mister O
  • On 24 juin 2014
  • http://generation-strange.com

 


Les gens qui font des adaptations live de comics ne nous aiment pas. Nous. Les fans de comics.
C’est pourtant clair. John Byrne, qu’on ne présente plus logiquement mais des néophytes trainent peut-être par ici, fut le scénariste de Hellboy à ses débuts, le dessinateur de LA période des X-Men qui renversa la vapeur alors que le titre allait être annulé à l’époque et il fut une des plus grosses influences en tant que scénariste ET dessinateur sur de nombreux titre comme que le reboot post Crisis de Superman en 1985 ou encore sa longue prise en main sur Fantastic Four qui est la raison de cet article. Tout particulièrement son intervention sur son forum concernant le reboot cinématographique de l’adaptation des premiers super-héros Marvel. Je n’ai pas dit Timely. Suite au Show de John Oliver où ce dernier se foutait allégrement du fait que des gens s’énervent quand des acteurs non blancs sont embauchés pour jouer des personnages de fiction, Byrne se lâche sur le fait que Michael B Jordan qu’on a vu dans Chronicles soit le nouveau visage de Johnny Storm, The Human Torch et c’est le réalisateur Josh Trank qui l’a choisi immédiatement. Bien entendu, les réactions de part et d’autres inondent Internet jusqu’à même se retrouver sur IMDB. Repassons en revue les propos de cet auteur énervé et rappelons les infos controversées du film.

Johnny Storm, the Human Torch est noir
-Son père, Franklin Storm est noir
Susan Storm, the Invisible Girl est blanche

LE CONTEXTE

Tout commence avec 20th Fox qui rachète les droits d’adaptations pour X-Men et Fantastic Four quand Marvel était à deux doigts de la faillite. Marvel se fait très peu d’argent sur le dos des films car Fox a payé pour une bouchée de pain les droits et le contrat relèverait d’une sodomie légale sévère laissant Marvel marcher de travers pour des décennies et sans la possibilité de récupérer leurs licences sauf si la Fox arrête de faire des films. Ce qui n’arrivera jamais. Marvel a depuis monté leurs studio de cinéma et se font des couilles en or avec leurs univers cinématique qui n’est autre qu’une gigantesque continuité (ce qui fit le succès de leurs comics dans les années soixante). Donc ils font de la promo à mort sur leurs licences adaptées et Thanos, Guardians of the Galaxy et Avengers sont partout. Quand sort le Marvel 75th Anniversary Magazine, devinez qui n’est pas en couverture ? Malgré le fait d’avoir été le plus gros succès de Marvel durant plusieurs dizaines d’années et LE comic-book qui fut non seulement de début du l’âge d’argent de Marvel mais aussi la première collaboration entre Stan Lee et Jack Kirby, X-Men et Fantastic Four se retrouvent persona non gratta. Les rumeurs sur le fait d’utilser les Inhumans en tant que remplacement des mutants se font de plus en plus nombreuses et ensuite Marvel arrêta Ultimate Fanstatic Four. Des articles et des posts affluent et nous préviennent d’un éventuel arrêt de la série normale aussi. Pause ou arrêt final ? Tom Brevoort, éditeur chez Marvel, affirme que non et que tout ceci est ridicule et relève de la parano : « Ça vous semble plausible ? Ça a un sens pour vous ? Les gens ont une drôle d’idée de la façon de faire marcher une entreprise… ». C’est vrai que d’arrêter les titres Fantastic Four rien que pour emmerder la Fox semble ridicule. Mais le même monsieur laisse également entendre que le titre Fantastic Four s’arrêtera en mai 2015.

Tout d’abord, la Fox se tamponne royalement le coquillard de ce que Marvel fait avec ses comics. Ils s’en branlent. En reprenant un exemple cité récemment, savez vous combine d’exemplaires du nouveau Fantastic Four #2 a été vendu en mars dernier aux USA ? La réponse est 37 569. Si chacun de ces lecteurs allaient voir le reboot au cinéma, en 3D, à 15 dollars le billet, ça rapporterait 563 535 dollars. Un demi-million de dollars, c’est pas mal. Mais vous savez combien ils espèrent pour le premier weekend d’ouverture ? 100 millions de dollars. Sachant que les deux précédents volets ont rapporté en dollars respectivement plus de 330 millions et 289 millions à l’international. Alors vous êtes suffisamment naif et croyez vraiment qu’un embargo ou une campagne destinée à zapper ces titres va avoir un effet ? Non. ET POURTANT.
La rumeur concernant le mouvement anti FF viendrait du PDG de Marvel et actionnaire principal de Disney, Ike Perlmutter, qui a semblerait-il le pouvoir de prendre ce genre de décision en l’appliquer.

LES GROS SABOTS DE L’AMI JOHN

Byrne poste le 2 juin sur son forum une proposition pour reprendre le titre puisqu’il est annulés : « Ben, s’ils n’en veulent pas, MOI je les prendrais ! ». Comme si ça arriverait. C’est meugnon.


Rapide Flashback. Concernant le casting de Jessica Alba en Sue Storm, the Invisible Girl, Byrne écrivait en 2004 sur son forum: « Préjugé personnel: les femmes hispaniques et les latinas avec des cheveux blonds ressemblent pour moi à des prostituées, peu importe à quel point elles sont propres sur elles ou ‘mignonnes’. D’une certaine façon, ces tons de peau mate qui vont parfaitement avec des cheveux très, très sombres, ne vont pas avec des couleurs de cheveux plus clairs. Comme j’ai dit : préjugé personnel. ».

Il n’est pas diplomatique, notre ami John. Il a même la réputation d’être un sale con qui pète un plomb pour un oui et pour un non et va jusqu’à hurler sur des fans en convention à plusieurs reprises. Cependant il n’avait pas tort concernant Jessica Alba dans le rôle de la « All American Girl » et un relan de 3615 STORM ou www.avecmesnibardsinvisibles.com se dégage des photos de promotion. Vulgarité ? Tout simplement pas la bonne actrice pour le rôle? Peu importe. Elle ne le faisait pas et bien que Byrne ait fait une généralité, sur ce point bien précis, il n’eut pas tort. Bizarrement, cette brave fille est pile poil à sa place en tant que la strip-teaseuse Nancy dans Sin City dont le deuxieme volet arrivera bientôt sur nos écrans. Avec des cheveux clairs pour le plus grand plaisir de tous.

JOHN OLIVER DIT DES CONNERIES
Mais bon… à la télé qui n’en dit pas et dans deux ans il dira le contraire. « Les gens s’énervent ou sont contrariés quand des acteurs non blancs sont embauchés pour jouer des personnages de fiction. » Rires. Qu’il aille s’allonger sur des rails à Gare du Nord (quoique dernièrement ça ne serve pas à grand-chose vu que notre élite syndiquée est énervée). Et ben oui, ça casse les couilles de voir des personnages dont on est fan depuis des années subir une séance de tuning pour satisfaire des âmes bien pensantes et politiquement correctes ainsi qu’avides de quotas. Une fois de plus, les propos de Byrne ne sont pas bien au point niveau communication mais, dans le fond, on peut difficilement lui donner tort. Partir dans une autre direction et peut-être dénaturer un personnage est une connerie monumentale pour les fans de la première heure. Évidemment qu’une adaptation n’est qu’une adaptation et personne ne demande de coller à 1000% aux personnages et aux dialogues de l’œuvre originale mais avouons que si en 1978 Superman avait été une petite femme asiatique lesbienne recueillie par des fermiers au Lichtenstein, on aurait eu tous mal au cul. Vous me suivez ? De là à se demander si dans un remake de Autant En Emporte Le Vent un golden boy hollywoodien serait capable de caster Will Smith en tant que Rhett Buttler il n’y a qu’un pas. Si quelqu’un trouve ce propos raciste, qu’il retourne à l’école et passe préalablement par une librairie ou bibliothèque pour y lire la définition de « racisme ».

PRIS DE HAUT


John Byrne souligne que le fait de prendre un personnage blanc et en faire un noir pour les besoins d’un film est condescendant. Ce qui, une fois de plus, n’est pas faux. Jusqu’ici les scénaristes ont simplement changé d’ethnie ces personnages. Mais pourquoi ? Hormis conquérir une part de marché des spectateurs noirs ? Où sont les rôles de personnages noirs directement adaptables ? Forcément si c’est pour finir avec Bishop interprété par Omar Sy pour 5 minutes à l’écran, on est mal. Doit-on se limiter à « Hé, Will ! Tu veux jouer un perso blanc ? » ? Effectivement, il y avait un personnage noir dans les Howling Commandos de Nick Fury du nom de Gabe Jones. Pourquoi ne pas se concentrer sur lui ? (c’était un piège, c’est Mark Millar qui a recrée le personnage dans Ultimate X-Men et Bryan Hitch lui a donné les traits de Samuel L Jackson dans Ultimates). Idem pour le coup d’Othello, avoir un acteur noir jouer ÉGALEMENT Cassio enlève tout l’intérêt de la pièce et Othello n’est plus le seul noir de Venise mais un noir parmi tant d’autres dans la ville.

SUPRÉMATIE BLANCHE


Là, je suis encore d’accord, Jack Kirby doit se retourner dans sa tombe et Stan Lee est en train d’avoir une rupture d’anévrisme. C’est deux juifs new-yorkais donc pas tout à fait WASP et leurs bandes dessinées étaient à des années lumières de ce qui se faisait en Europe en termes de progression sociale, d’exploration de problèmes de société ou encore personnages ethniques. Ces types ont lancés des courants de pensée innovants dans la bande dessinée qui sont encore reconnus à l‘échelle internationale. Dans le numéro 52 des aventures des de FF, the Black Panther fit son apparition en 1966 et après avoir rejoint the Avengers ainsi que de nombreuses apparitions dans d’autres titres y compris un affrontement avec le Ku Klux Klan, le héros eut sa propre série en 1977 dessinée et écrite par le King lui-même. En France, aucune parution n’avait de pareil équivalent, encore moins dans les bandes dessinées dites prestigieuses et « Y’a bon Banania ! » était toujours une pub qui fonctionnait.


D’autres personnages « non blancs », pour reprendre les termes de John Oliver, apparaissent dans ce même récit dont Wyatt Wingfoot qui est un amérindien, c’est sous son pseudonyme de Powerman que Cage deviendra un membre temporairement et Black Panther et Storm les rejoindront à leur tour et deviendront membres des Fantastic Four. Les arguments avancés disant que ce n’était pas acceptable d’opérer en dehors des paramètres de « blanc » et « très blanc » dans les années soixante sont recevables mais ces mêmes personnages ont été crées avec une personnalité et des particularités qui déterminent plus ou moins qui ils sont. Johnny Storm et Susan Storm sont vraiment les WASP de base et ils ont été conçus come tels. Blonds aux yeux bleus répondant aux critères stéréotypés de l’époque, de la nationalité et de l’ethnie. Leurs parents sont officiellement morts et Susan sert de deuxième mère à son frère qui est un branleur qui se la pète avec les mains toujours dans le moteur d’une voiture ou au volant.

IDÉES REÇUES ET DÉDAIN


Notre artiste aigri frôle l’arrêt cardiaque et son hypertension atteint les 20.9 en se rappelant les moutons néophytes qui mouillaient leurs frocs en évoquant la « vision » de Tim Burton quand il a adapté Batman. T’as raison, John. C’est du bullshit. Effectivement, Dennis O‘ Neil, Frank Miller, Neal Adams, Alan Moore, Brian Bolland et une pléiade d’autres auteurs avaient déjà fait ça pendant des décennies ! Mais les critiques considéraient que Batman, c’était la version Paf ! Bang ! d’Adam West. Et oui, je suis d’accord, les comics sont perçus avec dédain. Les fans sont également perçus avec dédain. Encore plus que la bande dessinée franco-belge et le manga. L’un a une respectabilité et l’autre a les ventes. Mais les bases sont là et l’essence même de ces histoires attire des spectateurs devant des adaptations plus ou moins fidèles.

MON OPINION

Personnellement, je pense ce que j’ai écrit au début de l’article : les gens qui font des adaptations live de comics ne nous aiment pas. Nous. Les fans de comics. John Byrne est un trouduc aigri et amer pourvu d’un ego surdimensionné qui est mort artistiquement il y a presque vingt ans et qui s’est embrouillé avec toutes les maisons d’édition. Pourtant j’ai admiré cet homme ainsi que ses œuvres depuis l’âge de sept ans. J’ai traqué ses parutions sur trois continents et j’ai lu et relu ce qui me semblait être ses plus beaux livres. Je n’excuse pas son attitude sous prétexte d’une gloire passée et sa façon insultante d’évacuer sa merde sur son forum est plus que condamnable. Ceci étant dit, une horloge cassée indique deux fois par jour la bonne heure. Le politiquement correcte que certains producteurs nous font gober via scénarios expéditifs est souvent ridicule. Les quotas y arrivent comme un cheveu sur la soupe et les rajouts inventés sont quasiment toujours pourris. Peu importe les compétences de Michael B Jordan, on lui donne un rôle empoisonné avec une sœur blanche qui sera certainement adoptée puisque le père est noir.

N’oublions que c’est la Fox. Les génies qui nous ont donné DragonBall Evolution. Là aussi, il y eut quelques changements.


Heimdall qui fut joué par le très grand Idris Elba m’a agacé et sa sœur, Sif, est bien blanche et en plus Hogun est asiatique. Le chef des soldats qui capturent Tony Stark ainsi que le scientifique qui l’aide à concevoir sa première armure sont tous deux arabes au lieu d’être asiatiques et ça me saoule car c’est trop facile.
Quand serait-il si on faisait un film avec le Green Lantern Jon Stewart joué par un latino ? Ou Cage avec un asiatique ? Shang Chi Master Of Kung Fu interprété par un pakistanais ? Cloak and Dagger avec deux hommes dont un homosexuel mais ils sont tous les deux de la même ethnie ? Mieux : imaginons un film se déroulant en Afrique avec Black Panther avec un acteur blanc dans le rôle titre jouant donc un prince africain ? Ça passerait ? Bien évidement que non. Et à juste titre.
Mais au-delà de l’ethnie, il y a d’autres trucs qui m’emmerdent : les pouvoirs de Kitty Pryde dans X-Men Days Of Future Past, le changement du principe de base dans Human Target la série, la nationalité et la couleur de cheveux du personnage éponyme dans Constantine, l’édulcoration totale de l’histoire de Batman Year One dans Batman Begins, le rajout de pouvoirs psychique du détective dans From Hell, l’absence totale de sens radar dans Dare Devil qui fut remplacé par le fait qu’il puisse percevoir son environnement si et SEULEMENT s’il y a un son, le nuage qui est censé être Galactus dans Fantastic Four : Rise Of The Silver Surfer, le fait que Stick soit britannique dans Elektra, que les kryptoniens balancent des rayons par les doigts dans Superman II, qu’en quarante huit ans Kato dans le Frelon Vert soit joué par des chinois ou un taïwanais alors qu’il est japonais, Storm a un bon accent bien américain alors qu’elle a grandit au Kenya, il parait que dans la future version de Josh Trank Doctor Doom a failli être une femme… Bref il ya bien trop de choses à dire.

C’est pourtant simple. Si de nombreuses œuvres ont pu provoquer un succès et un suivi, c’est qu’il y a une raison. Regardons Harry Potter. Ils ont tenté de coller à l’histoire et à l’essence même de l’histoire en ne dénaturant pas les personnages. Et les lecteurs, surtout des mômes, ont marché à fond dedans.
Mais c’est des livres, pas des bandes dessinées…

Submit a Comment